Le festival de Saint-Riquier a fait il y a plusieurs années le choix de l'éclectisme, le refus de la spécialisation, l'ouverture la plus large possible à toutes les esthétiques : un festivalier doit pouvoir faire un voyage musical de quatre à cinq siècles en l'espace de dix jours. Mais ce principe basique n'exclut pas une certaine rigueur, afin d'éviter l'aspect "fourre-tout" qu'entraînerait fatalement la volonté d'embrasser tous les genres dans un désordre artistique. Aussi, s'il n'est pas souhaitable que le festival de Saint-Riquier soit thématique, les journées qui le composent le deviennent, elles, de plus en plus.

Selon vos goûts, vous pourrez ainsi participer à une journée dédiée à la voix (le 10 juillet : Amaya Dominguez, puis le grand chœur du festival avec l'orchestre de l'Opéra de Rouen, et enfin le Chœur Britten de Nicole Corti) ; à une autre journée consacrée aux musiques d'aujourd'hui, avec le soutien de notre partenaire la Sacem (le 12 juillet : François Thuillier, les Percussions de Strasbourg, et le concert nocturne de Fabrice Planquette) ; à la journée du 13 juillet qui sera dévolue au centenaire des musiques de cinéma (avec notre grand invité Laurent Korcia, et les danseurs de la compagnie Les Cavatines pour entraîner le public dans un grand bal du 14 juillet organisé avec la ville de Saint-Riquier) ; ou enfin à la désormais traditionnelle journée de l'orgue (le 16 juillet : les Folies Françoises de Patrick Cohen-Akenine avec Maude Gratton).

Au chapitre des innovations, une série de trois représentations de "L'Histoire de Babar, le petit éléphant" de Francis Poulenc par l'Orchestre de Picardie et le récitant Pascal Le Guern est prévue à l'intention des jeunes enfants fréquentant les accueils de loisirs de la Somme ; ainsi 1 200 d'entre eux seront reçus pendant la journée du 15 juillet venant de l'est du département, du grand amiénois, d'Abbeville et de Saint-Riquier. Par ailleurs, la séance de début d’après-midi est organisée pour les familles.

Le festival de Saint-Riquier avait depuis quelques années une pratique de collaboration avec des communes de proximité comme Long, Rue, Saint-Valery-sur-Somme ainsi que l’abbaye de Valloires pour les concerts d’orgue, et la commune d’Oneux pour ceux de musique de chambre. Ces collaborations seront cette année renforcées avec la grande voisine Abbeville pour deux concerts dans l’église Saint-Sépulcre aux merveilleux vitraux conçus par Alfred Manessier, et avec la commune de Bellancourt qui accueillera pour quatre matinées de jeunes espoirs issus du troisième cycle du Conservatoire supérieur de Paris.

Encore une innovation, technique cette fois : la nef de l'abbatiale sera désormais équipée d'écrans et de caméras multiples qui permettront aux spectateurs même éloignés de profiter en plan serré de l'expression d'un chef d'orchestre ou de l'émotion d'un soliste. Une modernisation nécessaire, déjà pratiquée par nombre de festivals classiques de grand renom, au premier rang desquels le festival de Saint-Denis.

Pour cette 25ème édition du festival, je ne peux qu'exprimer la fierté de toute l'équipe qui organise avec moi cette rencontre magique entre le public et les artistes dans ce lieu exceptionnel qu’est l’abbatiale de Saint-Riquier, et souhaiter une longue existence à cet événement devenu désormais cher à plusieurs générations d'amoureux de la musique.

François-Charles Lebettre
Directeur du festival de Saint-Riquier


Réservation en ligne 25ème festival de St-Riquier